Bon, d'accord ! Dans ce petit coin de France, au coeur de la Touraine, vouloir parler des trésors de la campagne et démarrer par le taboulé, ça fait un peu drôle. Mais, c'est comme ça... Plusieurs jours que l'idée de mettre un taboulé sur la table me "chicanait" la tête... L'approche de l'été qu'on attendait avec impatience au cours de ce mois de juin plutôt gris, plutôt pas trop engageant où le soleil jouait à cache-cache et les températures refusaient de monter autant que nous en avions tous envie ? Bref, hier, je suis passée à l'acte : non, mais ! Evidemment, pas de taboulé en boite ; non, j'en voulais un qui fleure bon tous les parfums de ses ingrédients... et surtout de la menthe ! Oui, je sais, certains n'aiment pas, mais, que voulez-vous, moi j'adore... Un puissant déclencheur d'émotions et de bonheurs gustatifs... Donc, me voici enfin attelée à ma préparation, entourée de tous mes ingrédients : ah, pour ce premier taboulé de l'année, ce ne sera pas aussi parfait que je l'aurai souhaité, car les tomates à peine mûres et blafardes du supermarché manquent intolérablement de personnalité, tout autant que le concombre si parfaitement longiligne et sans saveur. Mais enfin, je me concentre sur mon bouquet de menthe fraîchement cueilli dans le jardin, sur le coulis de tomates amoureusement cuisiné l'été dernier, conservé au congélateur et qui va faire gonfler la semoule. J'ajoute raisins secs, jus de citron, tous mes petits secrets, bref... Et hop ! Le saladier part au réfrigérateur : il faut que l'alchimie des mélanges de saveur se fasse, laisser le temps aux aliments de se connaître, de se marier pour leur permettre de nous enchanter le palais tout à l'heure... Et puis, dans la soirée, sur la terrasse, alors que le soleil nous "faisait" de l'oeil, nous avons savouré mon premier taboulé de l'année, tout frais, tout coloré. Ca y est, c'est enfin l'été !